Questionnaire aux candidats à l’élection présidentielle 2012 : rendre à l’Education Populaire la place qu’elle mérite

En date du 28 mars 2012, l’AUPF, par un courrier de son président, Michel Garde, a interpellé les candidats à l’élection présidentielle 2012 :

Montélimar, le 28 mars 2012.

Madame / Monsieur,

L’élection présidentielle est un temps majeur de la vie politique dans notre pays.
Elle est l’occasion de bilans, de ré interrogations des pratiques citoyennes et de mises en perspectives pour le quinquennat qui s’ouvre.
Parmi les objectifs qu’elle poursuit, l’Association des Universités Populaires de France ambitionne d’offrir la possibilité, à chaque citoyen, d’accéder aux savoirs, de les partager, de se positionner sur les projets proposés.

Réuni à Ruelle sur Touvre les 24 et 25 mars, le conseil d’administration de l’A.U.P.F., attentif aux évolutions sociétales, a décidé d’interpeller tous les candidats à l’élection présidentielle sur différents points qui lui semblent fondamentaux.

Il fera connaître à ses adhérents votre réponse et les perspectives que vous envisagez pour rendre à l’Education Populaire la place qu’elle mérite dans notre pays.. Il la diffusera également au vaste réseau qu’il anime à l’échelon national.

Dans cette perspective, vous trouverez en annexe au présent courrier :

Je vous remercie par avance pour votre réponse.

Je vous prie de croire, …….., en l‘assurance de mes meilleurs sentiments.

Michel GARDE,
président U.P. Montélimar
président A.U.P.F.

————————————————————————–

[1] Questionnaire adressé aux candidats à l’élection présidentielle 2012

A l’occasion de ce moment privilégié de débat ou chacun peut exposer son projet de société, les Universités Populaires de France, qui militent depuis fort longtemps pour l’éducation populaire et une citoyenneté active, s’inquiètent de l’évolution préoccupante du jeu institutionnel et économique qui lie les pouvoirs publics et les associations d’Education Populaire.
Elles demandent que soient clairement réaffirmés la place et le rôle essentiels du projet global de l’Education Populaire dans notre pays. Elles souhaitent interpeller les candidats à la plus haute responsabilité de la République autour de quatre questions qui sont au cœur de leurs préoccupations.

Formation tout au long de la vie

Pour des perspectives personnelles ou professionnelles, se former, continuer à apprendre bien au-delà de sa formation initiale est aujourd’hui autant une nécessité que l’expression de la volonté et de l’exercice de la liberté personnelle. Pour être pleinement citoyen, il faut pouvoir développer ses talents à tous les moments de sa vie.

Comment envisagez-vous de permettre à chacun de bénéficier réellement ce droit ? Quelles politiques publiques, nationales ou locales, préconisez-vous pour que soient levés les obstacles qui obèrent cette mise en œuvre qu’ils soient d’ordre financier, d’accessibilité géographique… ? Comment les pouvoirs publics peuvent-ils encourager la création d’une offre de formation pour les adultes, pertinente, adaptée et de qualité ?

Associations et dynamisme locaux

Depuis 30 ans, la décentralisation a créé dans notre pays les conditions d’une éclosion sans pareille de projets culturels, de solidarités, grâce à la génération de partenariats multiples entre associations et collectivités locales.
De nouvelles étapes dans l’organisation des pouvoirs publics locaux sont certainement nécessaires car la réforme territoriale est à ce jour inachevée.

Comment maintenir ce vivier d’initiatives ? Faut-il s’inquiéter de ces évolutions institutionnelles, concernant l’évolution territoriale notamment des pays, départements et régions, et de la mise en cause de la clause de compétence générale des collectivités locales ? Quelles mesures envisagez vous de prendre ?

L’Economie Sociale et Solidaire

Inscrite au cœur de l’économie réelle, forte de ses spécificités, l’économie sociale et solidaire, associative, coopératives ou mutualiste, est un ferment de la démocratie économique.
En privilégiant le capital humain à coté du capital financier, elle représente 10 % de la vie économique de notre pays.
Elle propose bien des services indispensables à la vie quotidienne ; elle est porteuse d’innovations, de solidarités ; elle est souvent créatrice d’emploi nouveau.

Quelle place souhaitez-vous donner à ce secteur de la vie économique ? Doit-il être soumis à toutes les contraintes des lois du marché en France comme en Europe ?

Une société civile européenne

Aujourd’hui, l’horizon de chacun n’est plus strictement national ; l’Europe est, au-delà de toutes nos différences, notre continent, notre référent démocratique et culturel commun.

Quelles initiatives comptez-vous prendre ou soutenir, pour qu’un Espace Européen Citoyen se déploie, pour que la société civile européenne, prenne toute son ampleur ?

Texte Denis Rambaud, adopté par le CA de l’AUPF

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s